Img

L'accueil des réfugiés... un message et une mise au point par l'Assemblée des évêques catholiques du Québec

Le constat est clair: «Nous avons conscience que l’accueil des réfugiés devient une tâche de plus en plus permanente dans notre société. Il devient donc impératif que les chrétiens s’engagent de façon concertée avec les autres acteurs sociaux afin de faire face à ce nouveau défi…». (extrait du message)

Img

Accès aux vidéos mensuels du pape François

Depuis janvier 2016, le Réseau mondial de prière du pape diffuse un message vidéo par mois... Pour octobre: Les droits des travailleurs et des chômeurs

Quoi faire en cas de décès : les funérailles

La mort... prévisible ou imprévisible... nous bouleverse toujours!
 

Quoi faire, quoi penser, quoi dire, quoi souhaiter, quoi vouloir, quoi faire lorsqu'un être cher accède à cette étape de la vie qu'est la mort ? Mystère...

xx

Devant l’être cher qui s’en va, souvent, nous ne pouvons qu’être là, simplement présent, à ses côtés…

Sa mort nous renvoie, soudain, à nous-mêmes  et à notre propre fragilité…
 
La mort est au bout de nos jours et déjà tellement là…
 
Elle place devant nous l’inconnu du néant ou du voyage, ou peut-être du grand passage, et ce, en dépit de l’âge de celui qui part…
 
La mort n’est jamais facile…
 
Perdre un enfant, perdre une maman ou un papa,
perdre une épouse, un époux, perdre une grand-maman, un grand-papa...
 
Quelque soit l’âge de la personne, cela nous déconcerte sur le coup…

«Ceux qui y croient, ceux qui s’y risquent, dans la diversité des croyances et des religions, adressent une parole à Dieu, le Vivant… Ils balbutient une prière confiante, pour eux-mêmes affrontés au malheur et espérant en dépit de tout, ou pour l’autre demeuré sans voix… »

 

 
La mort nous plonge dans une ignorance surprenante, toujours difficile, parfois féconde. Elle peut éveiller diverses émotions: angoisse, frayeur, colère, désorientation, révolte…
 
La mort du proche nous laisse sans répit ni repos…
 
désemparés en quelque sorte, sans consolation possible… Une souffrance de fin du monde nous saisit devant la mort et l’absence et le vide qu’elle engendre…
 
«Et si la mort n’était pas seulement poussière, fin de tout, mais inimaginable naissance, ouverture à une vie tout autre?…»
 
Voilà, en tout cas, qu’elle nous invite ou nous contraint au lâcher-prise, à la remise de nous-mêmes. Elle nous délie, enfin,  avec notre consentement ou malgré nous, de tout ce qui nous retient et nous limite. 
 

 

Les funérailles chrétiennes

La mort est une réalité à laquelle, un jour ou l’autre, nous aurons tous à faire face : le décès d’un membre de notre famille, la mort d’une personne chère ou encore notre propre mort.

Face à la mort, les questions les plus existentielles de la vie humaine surgissent en nous, et la tradition chrétienne nous invite alors à considérer la mort comme un événement à vivre dans la foi et en Église.

Au moment du décès d’une personne qui vous est chère, l’Église vous accompagne de tout cœur pour partager votre peine et vous aider à bien préparer et célébrer les funérailles.

Il faut toujours nous rappeler que le corps, bien qu’il meurt un jour, a été le temple de l’âme qui, elle, est immortelle et éternelle pour les chrétiens. Voilà pourquoi nos rites funéraires sont teintés d’un grand respect envers le corps et la personne humaine.

La liturgie des funérailles convoque les proches et les membres de la communauté chrétienne afin de recommander à Dieu la personne défunte et rendre les derniers hommages qui sont dus à son corps.  En outre, les funérailles chrétiennes nous rappellent que le Christ est ressuscité et que chacun de nous, comme baptisés, sommes appelés à croire en la résurrection des morts et à notre propre résurrection à la fin des temps.

 

Pourquoi prendre le temps de célébrer des rites funéraires?

  •  Pour rendre un dernier hommage à la personne qui est décédé;
  •  Pour dire ce que l’être cher a été pour nous;
  •  Pour exprimer notre douleur et pour être consolé;
  •  Pour commencer à vivre notre deuil;
  •  Pour renouveler nos liens d’amour et d’amitié avec ceux qui restent;
  •  Pour dire adieu à cette personne qui nous a quittés.

 

Pourquoi célébrer des funérailles chrétiennes?
  •  Pour respecter nos convictions ou les convictions de la personne décédée;
  •  Pour confier la personne décédée à la miséricorde de Dieu;
  •  Pour raviver l’espérance de ceux qui restent en rappelant que notre Dieu est le Dieu de la vie (Luc, 20,38);
  •  Pour accueillir la consolation de Dieu notre Père qui connaît notre peine et notre chagrin;
  •  Pour prendre le temps de prier;
  •  Pour nous rappeler et célébrer la dignité et la fragilité de chaque être humain;
  •  Pour espérer la résurrection promise par le Seigneur Jésus. 
 
 
Comment se vivent les funérailles chrétiennes ?
 
Pour être en mesure de recevoir des funérailles chrétiennes, il faut que la personne décédée ait été baptisée ou qu’elle ait manifesté le désir sincère d’être baptisée si elle ne l’était pas. Dans le cas des enfants, il faut que les parents aient eu le désir les faire baptiser avant leur mort.
 
Les funérailles chrétiennes ne sont pas un sacrement, mais un sacramental, c’est-à-dire que les funérailles sont des signes sacrés par lesquels des effets spirituels sont signifiés et sont obtenus par la prière de l’Église. Au cœur des funérailles chrétiennes, nous retrouvons un rite important qui constitue ce qu’on peut appeler des funérailles : Le rite du dernier adieu qui comporte l’encensement du corps ou des cendres et la bénédiction, avec de l’eau bénite, du corps ou des cendres.
 
En respectant les convictions et le cheminement de foi de la personne décédée, les paroisses du diocèse de Mont-Laurier peuvent offrir :
 
À l’église 
Une célébration de funérailles, en présence du corps ou des cendres de la personne défunte,
dans le cadre d’une Eucharistie (présidée par un prêtre)
ou d’une liturgie de la Parole (présidée par un prêtre ou une personne laïque mandatée).

Une messe commémorative, quelque temps après le décès, si de funérailles n’ont pas eu lieu.

À la maison funéraire 
Une célébration de la Parole, mais sans les rites propres aux funérailles chrétiennes mentionnés plus haut. Cette célébration peut être présidée
par un prêtre ou une personne laïque mandatée.

Au cimetière
Une liturgie d’adieu présidée par un prêtre ou une personne laïque mandatée. 

 
 
Le moment des funérailles ?

Les funérailles se célèbrent du lundi au samedi avant-midi, selon la disponibilité des prêtres de votre communauté ou des personnes laïques mandatées. Les funérailles ou les inhumations ne peuvent avoir lieu le dimanche, jour où nous célébrons la résurrection du Seigneur.  Les funérailles et les inhumations ne peuvent avoir lieu durant les grandes fêtes du mystère chrétien : Noël, le 25 décembre; Sainte Marie mère de Dieu, le 1er janvier; Jeudi Saint; Vendredi Saint et Samedi Saint.

Des questions ?
Pour toute demande relative à la célébration de funérailles chrétiennes, veuillez contacter la personne responsable de votre paroisse.
 
 
 

© 2004 Photos : Michel Lafontaine (Ville et cathédrale de Chartres, France; photo du cimetière : Sainte-Agathe-des-Monts)  

Diocèse Mont Laurier
(819) 623-5530
435 rue de la Madone
J9L 1S1 Mont-Laurier (Québec)

Diocese